Portait collaborateur – Bertrand Cochet
2 mars 2021

Quelles actions contre la pollution numérique ?

Le monde du numérique et d’internet ne génère que peu de déchets physiques. En revanche, depuis plusieurs années, la pollution invisible que ce secteur crée ne peut plus être ignorée.


Les chiffres de la pollution numérique ?

Bien qu’invisible, la pollution numérique est bel et bien réelle. Petit florilège de chiffres clefs :

  • Un mail rejette en moyenne 19 grammes de CO2, sachant que 293 milliards de mails ont été échangés par jour dans le monde en 2019 (hors spam) et qu’environ 60% des mails envoyés ne sont jamais ouverts.
  • 40 kg de combustibles fossiles et 1 tonne d’eau sont nécessaires pour la construction d’un ordinateur selon l’ADEME
  • 10% de l’électricité en France est pompée par les data centers et on l’estime à 5,5% dans le monde
  • En 2018, le streaming a émis autant de CO2 que l’Espagne annuellement
  • On estime que seulement 20% des équipements informatiques sont recyclés. Le reste est enfoui, incinéré ou laissé dans des décharges en plein air

Sachant qu’un peu moins de la moitié de la planète n’a pas accès à internet, ces nombres pourraient augmenter considérablement dans les années à venir.

Les actions possibles

 

L’UTILISATION D’INTERNET

Utiliser internet consomme indéniablement de l’énergie. Cependant, il est évidemment possible de limiter son impact lors d’une recherche internet.

Tout d’abord, une bonne pratique est d’éviter de passer par une multitude de pages web. Il est préférable de taper directement l’adresse du site dans votre barre de recherche quand c’est possible. Cela divise par quatre les émissions de gaz à effet de serre (GES).

De plus, la 4G consomme 23 fois plus d’énergie (et donc émet d’autant plus de GES) que le Wi-Fi. Avec la 5G qui arrive, la consommation augmente d’autant plus. Dès que vous le pouvez, connectez-vous au Wi-Fi. Vous pouvez également désactiver la localisation qui évitera le transfert constant de données.

Enfin, tous les moteurs de recherche ne se valent pas. On ne présente plus les géants tels que Google, Yahoo ou Bing mais il existe des alternatives plus écologiques. Ecosia par exemple plante des arbres lorsque vous effectuez une recherche et 80% des revenus publicitaires sont réinvestis dans des actions de reboisement. Et pour du 100% Made In France, il existe Ecogine qui fonctionne sous le même principe !

 

L’UTILISATION DES E-MAILS

Les e-mails sont une grande source de pollution. Comme indiqué plus haut, en une journée, ce sont 293 milliards de mails qui ont été échangés en 2019 (hors spam). Quand on sait qu’un mail dégage environ 19 grammes de CO2, cela pousse à réfléchir. Si l’e-mail reste indispensable au quotidien, notamment dans le milieu professionnel, il existe des bonnes pratiques.

Tout d’abord, faites le tri ! Un mail sauvegardé génère 10 grammes de CO2 par an en moyenne. Et plus il est lourd, plus il est gourmand. N’hésitez pas à faire un tri dans votre boîte mail tous les ans pour supprimer les anciens mails et/ou les plus lourds. Ce sera également le moment idéal pour vous désabonner des newsletters que vous ne consultez pas ou plus !

Lors de l’envoi, préférez l’envoi de pièces jointes compressées ou alors via des intranets ou autres liens de téléchargement. Pensez également à bien cibler votre audience : en réduisant le nombre de destinataires, vous réduisez forcément l’empreinte de votre e-mail.

Enfin, globalement, préférez les outils de messagerie instantanée qui sont moins énergivores.

 

LA DUREE DE VOS EQUIPEMENTS

Le plus gourmand en énergie reste souvent votre équipement. Avec de nombreux matériaux plastiques, métaux précieux et autres qui font le tour du monde avant d’être assemblés dans un pays lointain pour ensuite arriver en Europe, la construction des équipements informatiques est souvent très souvent couteuse pour la planète.

Pour commencer, prenez soin de votre équipement : débranchez la batterie une fois que votre matériel est chargé pour ne pas l’abîmer, si vous prévoyez plus d’une heure d’inactivité, éteignez votre appareil, pensez à le mettre en veille… Si malgré toutes vos précautions, il tombe en panne, pensez à la réparation. Vérifiez votre garantie ou à défaut, rendez-vous dans un Repair Café proche de chez vous où l’on pourra vous aider dans la réparation de votre appareil.

Enfin, si un téléphone portable est censé durer en moyenne une dizaine d’années, le consommateur moyen le change environ tous les 9 mois ! Résistez aux sirènes du marketing ou préférez le reconditionné, toujours moins coûteux et plus écologique.

Ce que nous mettons en place chez TRSb

TRSb, en tant qu’Entreprise du Service du Numérique (ESN) a évidemment un rôle important à jouer dans la sensibilisation vers un numérique plus responsable.

Pour cette raison, TRSb est signataire depuis 2020 du Manifeste Planet Tech Care et s’engage donc dans une numérique plus écologique. Le Green IT est une notion importante de notre politique et stratégie de Responsabilité Sociétale d’Entreprise (RSE). Au-delà d’une sensibilisation en interne, les équipes RSE mettent en œuvre différentes actions pour inviter les collaborateurs et collaboratrices du Groupe à repenser leur façon de surfer sur le web.

Cette année, pour le World Cyber Clean Up Day, nos équipes se sont mobilisées avec l’objectif de réduire notre capacité de stockage utilisée en ligne !

Enfin, nous sommes aussi très vigilants quant à la fin de vie de nos équipements. Le matériel est recyclé quand il est devenu inutilisable, ou remis à des associations pour être reconditionné et réutilisé.

 

SOURCES

EnglishFrenchPortuguese